· Main-d'oeuvre

Marque employeur — la réalité de Groupe Sportscene

Cet article est le deuxième d’une série de trois dans lequel je m’entretiendrai de marque employeur avec différents joueurs de l’industrie touristique. Poursuivons avec Caroline Meilleur, conseillère en ressources humaines, et Cynthia Jodoin, vice-présidente aux ressources humaines, de Groupe Sportscene.

Présentez-nous le Groupe Sportscene.
Sportscene est un leader québécois dans la restauration d’ambiance qui exploite les 43 restaurants de la chaîne La Cage — Brasserie sportive, les 3 restaurants déjeuner L’Avenue, les restaurants de cuisine asiatique P.F. Chang’s, et un traiteur événementiel ainsi que Moishes, qui s’est ajoutés tout récemment au groupe.

Le concept de marque employeur est assez récent. Depuis combien de temps est-elle en place au Groupe Sportscene ?
Ça remonte à 2016, où nous nous sommes dotés d’une vision RH afin de nous positionner comme employeur de choix dans la restauration au Québec. Mais une vision, c’est beaucoup plus qu’un beau paragraphe sur un bout de papier ou sur un site web. C’est le fruit d’une importante réflexion qui s’exprime au quotidien dans les décisions prises et les gestes posés.

Qu’est-ce qui caractérise votre marque employeur ?
Depuis plusieurs années, on parle énormément d’expérience client dans l’industrie de la restauration. Chez nous, le client est au cœur de nos décisions. On a donc voulu étendre cette notion à l’interne avec nos employés afin de leur faire vivre une expérience employé représentative de notre culture et de nos valeurs, et ce, de leur entrevue d’embauche jusqu’à leur dernière journée de travail.

Les milléniaux, soit les 20 à 35 ans, composent environ 75 % de notre main-d’œuvre. On s’est donc intéressé à leurs valeurs, à leurs goûts, à ce qui les fait vibrer. On est également conscient qu’une certaine proportion de ces employés sont de passage : ils travaillent chez nous pendant leurs études, puis nous quittent pour entreprendre une carrière dans un autre domaine. C’est notre réalité et c’est à nous de nous y adapter.

C’est pourquoi nous misons beaucoup sur la formation et des outils de travail à la fois technologiques et conviviaux. Nous parlons avec les employés à l’aide des moyens de communication qu’ils aiment. Outre les « pep talk », nous avons une application qui nous permet de chatter avec eux, de les informer et de les former. Notre président réalise également des Facebook live au moins deux fois par année pour communiquer la vision et expliquer où s’en va l’organisation à nos 2 400 employés.

Est-ce que vous pouvez nous partager quelques réalisations concrètes qui émanent de votre image de marque, de votre vision RH ?
Comme vous vous en doutez, on ne peut pas révéler toute notre recette. Mais voici tout de même quelques ingrédients.

L’ingrédient le plus important et qui n’est aucunement secret, c’est la cohésion. Les dirigeants de Sportscene et les équipes de direction des restaurants se doivent d’être alignés sur une vision commune de notre marque employeur. Les gestionnaires de restaurant sont rencontrés à plusieurs reprises dans l’année pour partager la vision globale de l’organisation, et la marque employeur fait toujours partie des sujets abordés.
 
Il y a trois ans, nous avons aussi créé une académie, un lieu de formation pour permettre à nos gestionnaires de développer leur leadership et d’apprendre les meilleures pratiques de gestion en restauration. Certaines formations sont obligatoires, mais chacun a aussi la chance de suivre les cours qu’il veut, selon ses forces et ses défis.

Parmi nos solutions pour contrer la pénurie de main-d’œuvre, nous nous sommes alliés à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec dans le but de développer un programme de formation nous permettant de former des cuisiniers à l’interne. Nous ciblons des gens à l’intérieur du groupe qui souhaitent grandir avec nous. Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point cette formation, qui leur permet de progresser dans leur carrière, est mobilisatrice !

Enfin, nous misons sur divers programmes de reconnaissance au travail. Nous réalisons beaucoup de concours à l’interne afin de remercier les employés de leur travail exceptionnel. Par exemple, des gestionnaires se démarquant dans un aspect précis de leur travail peuvent gagner des voyages. Ils en profitent non seulement pour relaxer, mais aussi pour voir ce qui se fait ailleurs à Toronto et parfois même sur la planète.


Quelles sont les prochaines étapes qui vous attendent ?
Une marque employeur n’est jamais figée, mais plutôt toujours en évolution. Le statu quo, ce n’est pas pour nous. Nous nous remettons constamment en question afin de rester les plus concurrentiels possible. Nous travaillons maintenant à consolider nos bases mises en place et à offrir une expérience employé mobilisatrice.

Avez-vous remarqué des améliorations depuis la mise en place de votre marque employeur ?
Certainement. Notre taux de rétention s’est amélioré depuis les trois dernières années. Notre sondage en ligne annuel révèle également que le climat et l’ambiance de travail sont une de nos forces. Nos employés nous confirment que le plaisir, le respect et l’équipe font partie de notre ADN. C’est très encourageant et c’est ce qui nous motive à poursuivre dans cette voie.

En terminant, qu’est-ce qui attend le Groupe Sportscene au cours des prochains mois ?
Encore beaucoup de mouvement avec l’ouverture, à la fin janvier, de notre première succursale de la bannière À Domicile, à Laval. Du jamais vu au Québec ! Comme son nom l’indique, l’endroit sera accueillant et les clients s’y sentiront comme à la maison. Ils pourront jouer à des jeux vidéo, au ping-pong, au baby-foot et au mississipi, en plus de se servir une bière dans le frigo et de commander leur repas directement au cuisinier. Une cantine moderne avec une expérience client avant-gardiste axée sur la technologie.

Les employés profiteront aussi d’une salle de pause nouveau genre avec des divans et des jeux vidéo pour relaxer, une table de baby-foot, des casiers pour tous, des frigos pour déposer leur lunch et un design aux couleurs de notre marque. En restauration, c’est plutôt rare.

Suivez-nous de près, car ce nouveau concept de cantine réinventée pourrait faire des petits très prochainement…

Myriam Bérubé

Notre blogueuse Hotelleriejobs - Restojobs, Myriam Bérubé, conseillère en communication et rédactrice, collabore avec les chefs d'entreprise afin d'améliorer la circulation de l'information à l'intérieur de leur organisation. Reconnaissance au travail, courriel efficace, réunion mobilisatrice… voilà ses principaux champs d’intérêt. Dans ses temps libres, elle jardine, lit des romans policiers, découvre de nouvelles recettes à tester et, par-dessus tout, passe du temps de qualité avec sa petite tornade de 6 ans.