· Main-d'oeuvre

Pénurie de main-d'oeuvre : des étudiants en restauration à la rescousse

Source : Ici Radio-Canada

Le Collège Mérici veut contribuer pour contrer la pénurie de main-d'oeuvre. L'établissement d'enseignement privé met sur pied un programme de Gestion de la restauration à trois jours par semaine au lieu de cinq.
 
La pénurie de main-d'oeuvre frappe de plein fouet l'industrie de la restauration et le Collège Mérici tente de faire sa part pour aider les employeurs.
Avec un programme à trois jours par semaine, les étudiants seront ainsi plus disponibles pour travailler. Le responsable des admissions et du recrutement, Jacky Boucher, rapporte que cette initiative a été mise de l'avant pour répondre aux demandes de l'industrie.
 
Les élèves seront donc requis sur les bancs d'école uniquement du lundi au mercredi. Les heures travaillées du jeudi au dimanche seront prises en compte dans le programme d'étude.
Lire la suite
· Main-d'oeuvre

Immigration: les restaurateurs lancent un cri d'alarme

Source : Les Affaires

Des restaurateurs ont lancé un «cri d'alarme» et plaidé pour une hausse des seuils d'immigration à l'Assemblée nationale, mardi.
 
L'Association Restauration Québec (ARQ) _ qui compte plus de 5500 membres _ souhaite avoir davantage accès à des travailleurs étrangers pour combler des milliers de postes d'aides-cuisiniers, de plongeurs, de cuisiniers et de serveurs.
 
Son président, Vincent Arsenault, a indiqué au ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette, qu'en 2018, près de 14 000 postes étaient à pourvoir dans la restauration au Québec.
 
En 2025, selon une estimation de Raymond Chabot Grant Thornton, environ 5500 postes d'aides-cuisiniers, plongeurs et préposés au comptoir, ainsi que 2700 postes de cuisiniers et 1800 postes de serveurs seront vacants dans la province.
 
Les prévisions pour 2035 offrent un portrait encore plus sombre: ce sont quelque 10 000 postes d'aides-cuisiniers, plongeurs et préposés au comptoir, ainsi que 4600 postes de cuisiniers et 1800 postes de serveurs qui seront à pourvoir.
 
À l'heure actuelle au Québec, il n'est pas rare de voir un restaurant limiter ses heures d'ouverture, faute de personnel.
 
Le restaurant Auguste à Sherbrooke a éliminé le service du lundi, L'Olive Rouge à Victoriaville n'ouvre plus les mercredis, le restaurant Au fin gourmet à New Richmond, dans la région de la Baie-des-Chaleurs, a mis fin à son service de nuit, et La Rose des vents, à Sainte-Flavie, a dû fermer ses portes, illustre l'ARQ.
Québec doit hausser ses seuils d'immigration, mais aussi revoir sa grille de sélection pour faciliter l'arrivée de personnel peu qualifié, fait-on valoir.
Lire la suite