· Main-d'oeuvre

Le recrutement à l’ère des médias sociaux

Source : Informe Affaires

Les nouvelles technologies et, notamment, les médias sociaux, sont de plus en plus utilisés par les entreprises, que ce soit pour se faire connaître ou pour le recrutement. Or, dans ce dernier domaine, ils ne sont pas la panacée pour trouver la perle rare.
 
Encore une fois, selon Nancy Doucet, directrice et chef de pratiques RH chez Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT), il s’agit de bien cibler le média à utiliser en fonction de l’identité de l’entreprise et du profil de candidat recherché. « En fonction de ce que je suis, je vais voir quel type de personne je cherche et comment je vais la rejoindre. Et en fonction de tout ça, je vais cibler le bon média », indique-t-elle.
 
Ainsi, le bon média ne sera pas nécessairement Facebook ou LinkedIn. Des formats plus traditionnels, comme le format papier ou les sites de recrutement, par exemple, pourraient encore être la voie à suivre dans certains cas. Mme Doucet rappelle qu’il faut se mettre dans la peau du candidat souhaité, tout en étant conséquent avec ce qu’on a à offrir. L’employeur peut se demander ce qu’il lirait, s’il était le candidat qu’il recherche, quels seraient ses loisirs ou ses intérêts, etc. Un bonus de référencement auprès des employés de l’entreprise peut aussi être une stratégie gagnante.
 
Se démarquer
 
Si l’on considère que les réseaux sociaux sont le média qui convient, il faut alors ajuster le message et l’image à ce média. Sur les réseaux sociaux, il faut une image qui va attirer l’œil ou, encore mieux, un vidéo. Le visuel doit refléter la marque entreprise et le message qui accompagne l’image lorsqu’elle est publiée est très important.

Lire la suite
· Main-d'oeuvre

10 conseils pour chasser son stress avant un entretien d'embauche

Source : Welcome to the Jungle

Une voix tremblante, une poignée de main moite, un débit de paroles trop rapide… Face à votre recruteur, vous avez la boule au ventre et cela se voit. S’il est normal et même bon signe de ressentir un peu de stress avant un entretien, un excès de nervosité peut conduire à perdre ses moyens devant son interlocuteur et peut-être à passer à côté du job convoité. Rassurez-vous, des méthodes existent pour appréhender un entretien avec une plus grande sérénité et valoriser qui vous êtes vraiment.
 
1. Changez votre vision de l’entretien
 
La peur du jugement de l’autre constitue souvent la principale cause de stress lors d’un entretien. Un manque d’estime de soi, des compétences manquantes, un parcours un peu chaotique, une concurrence forte, peuvent laisser penser que vous ne serez peut-être pas à la hauteur des attentes du recruteur. Stop ! Si un entretien vous a été proposé, c’est que votre CV porte à croire que vous êtes potentiellement en mesure de répondre au besoin ou de trouver une solution au problème de l’entreprise.
 
Au lieu d’envisager l’entretien comme un examen, voyez-le comme l’occasion d’en découvrir plus sur le poste et de vérifier l’adéquation entre votre profil, vos attentes et celles de l’entreprise. Vous vous ôterez ainsi beaucoup de pression et rééquilibrerez le rapport entre votre interlocuteur et vous. Dans une discussion de professionnel à professionnel, quel que soit l’écart d’âge ou d’expérience, vous vous sentirez plus à l’aise, et votre recruteur appréciera lui aussi.
 
2. Préparez l’échange
 
Pour réduire le stress, évitez d’arriver à l’entretien les mains dans les poches. Renseignez-vous sur l’entreprise, ses concurrents, son marché… Prenez a minima le temps de lire son site et de parcourir ses comptes sur les réseaux sociaux.
 
Faites le point sur votre propre parcours. Relisez bien votre CV et anticipez les questions qu’il peut susciter. Ce “trou” de neuf mois entre 2014 et 2015, par exemple ? Ou cette expérience de deux ans dans la plomberie quand vous postulez dans la vente ? Préparer des réponses claires vous permettra d’éviter d’être pris de court, de vous sentir gêné et de vous mettre à bafouiller.
 
3. Entraînez-vous
 
Seul devant le miroir ou avec une personne de confiance, exercez-vous à répondre à ces trois questions principales : qui êtes-vous (au-delà de votre CV) ? Pourquoi ce poste ? Pourquoi cette entreprise ? Préparer votre discours vous permettra d’avancer des arguments pertinents et vous évitera de trop chercher vos mots ou de vous sentir mal à l’aise à ne pas savoir quoi répondre.
 
4. Dormez bien
 
La veille ou les nuits qui précèdent votre entretien, vous avez du mal à vous endormir ou avez le sommeil agité, ce qui accroît davantage encore votre stress. Vérifiez déjà que votre environnement est propice à une bonne nuit : literie de qualité, obscurité suffisante (volets, rideaux opaques, absence de bruits, pensez sinon aux protections auditives). Éteignez votre portable ou activez le mode avion. Évitez de pratiquer un sport et de manger moins de deux heures avant de vous coucher. Renoncez aux excitants comme le café et l’alcool notamment. Ouvrez un bouquin ou lisez une revue ; cela détournera votre mental de cet entretien qui accapare toute son attention.


Lire la suite
· Main-d'oeuvre

Pénurie généralisée de main-d'œuvre dans l'industrie touristique

Source : TVA Nouvelles

Que ce soit à Québec, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans le Bas-Saint-Laurent ou en Gaspésie, les entrepreneurs doivent faire des pieds et des mains pour trouver des employés afin d'accueillir les touristes.
 
Que ce soit à Québec, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans le Bas-Saint-Laurent ou en Gaspésie, les entrepreneurs doivent faire des pieds et des mains pour trouver des employés afin d'accueillir les touristes, les étudiants embauchés étant de retour sur les bancs d'école.
À Québec, les restaurateurs peinent à servir les milliers de touristes qui visitent la capitale nationale.
«C'est la semaine, le problème. Du lundi au vendredi, on est ouvert le jour et le soir. Or, ces jeunes-là doivent étudier et travailler dans leur domaine d'étude. Alors, là, on a un problème. On fait des recherches à peu près partout pour trouver de l'aide», a résumé Marcel Veilleux, propriétaire du restaurant-pub D'Orsay, au micro de TVA Nouvelles.
 
Certains restaurateurs peinent même à parvenir à ouvrir leurs portes, faute d'employés.
 
«On a un restaurant ouvert depuis un peu plus de quatre mois qu'on doit fermer une journée et demie supplémentaire. On a commencé avec cinq jours d'ouverture. On devait passer à sept et, au lieu de ça, on a réduit à trois jours et demi d'ouverture», a raconté Arnaud Marchand, chef cuisinier et copropriétaire des restaurants Chez Boulay et Les Botanistes.
Lire la suite
· Main-d'oeuvre

Entretien d’embauche réussi : les signes qui ne trompent pas

Source : Welcome to the Jungle

Avant, pendant, après un entretien d’embauche, en tant que candidat en recherche d’emploi, on est à l’affût du moindre signe, du moindre indice à interpréter de la part du recruteur : après tous ces efforts, ces recherches, ces angoisses, va t-on avoir le job ? Évidemment, il n’y a pas de science exacte pour deviner si vous avez tapé dans l’œil du recruteur et vous pouvez vous attendre à tout type de retournement de situation jusqu’à obtenir une réponse ferme et définitive. Cependant, au cours de l’entretien, certains signes ne trompent pas et peuvent traduire une suite d’ événements favorables !
 
La longueur de l’entretien d’embauche
 
En arrivant à un entretien, on peut vite comprendre si le recruteur a étudié notre dossier simplement en surface ou de façon plus poussée. S’il n’a pas envie de passer plus de temps que ça sur une candidature, l’entretien peut être relativement expédié. En revanche, si l’interlocuteur est réellement intéressé par votre profil, il prendra le temps de passer en revue un certain nombre d’éléments de votre CV et de faire le point sur vos expériences, vos compétences, quitte à faire durer un peu plus la discussion. Aussi, si le recruteur sort légèrement du cadre strictement professionnel et dévie sur des sujets de conversation plus légers, on peut en conclure qu’il n’est pas pressé d’abréger.
 
La qualité de l’échange
 
C’est un peu une question de feeling forcément, mais il est possible de sentir si l’échange se déroule de façon naturelle ou pas, si l’échange est fluide entre le candidat et le recruteur, s’ils se parlent sur un pied d’égalité, l’un avide d’en connaître davantage sur l’entreprise et le poste, l’autre curieux de la personnalité de son interlocuteur. Le ton de la voix est-il enthousiaste ? Quel est le body language du recruteur : est-il avenant, souriant ? Est-ce qu’il regarde le candidat dans les yeux quand il lui parle et quand il l’écoute ? Ces détails sont autant de pistes à considérer pour juger la réussite - ou non - d’un entretien d’embauche.
Lire la suite