· Divers

Vin nature, biodynamique ou biologique ?

Les bars et les restaurants qui se spécialisent en « vin nature » ne cessent d’affluer et les sommelier·ères nous vantent de plus en plus les mérites des vins biologiques ou biodynamiques. Mais quelle est la différence entre ces trois types de produits ? Et que recherche exactement le·la consommateur·trice ? Portrait rapide de cette tendance vinicole apparemment faite pour durer !

Vin biologique
 
Lorsqu’aucun herbicide, pesticide ni autre produit chimique n’a été utilisé dans la viticulture, c’est-à-dire dans la culture des vignes destinées à produire les raisins, on parle de vin « biologique ». Mais jusqu’en 2012, la garantie du consommateur·trice s’arrêtait là; dans le champ. Pourquoi ? Parce que pour obtenir la certification biologique, les vigneron·onne·s n’étaient pas tenu·e·s de se passer de produit chimique dans le reste du processus transformant les fruits en boisson alcoolisée. Aujourd’hui, bien que la certification biologique inclue également l’étape de la vinification et interdit l’ajout d’intrants synthétiques, il est toujours permis d’ajouter au vin des sulfites, des levures industrielles, du souffre ou des copeaux de bois, par exemple. Il se pourrait aussi que les producteur·trice·s utilisent encore certaines pratiques très communes dans le monde du vin comme l’acidification ou le traitement thermique, aucune loi ne l’interdisant.
 
Vin biodynamique
 
Les bases de l’agriculture biodynamique ont quant à elles été inventées par l’Autrichien Rudolph Steiner, en 1924. Depuis, une foule d’agriculteur·trice·s et de chercheur·euse·s en ont développé les principes pour les appliquer à différentes cultures et à différents lieux. Si tous les vins biodynamiques sont d’abord biologiques, les producteur·trice·s de vins biodynamiques dépassent le stade de la simple non-utilisation d’ingrédients chimiques et se basent sur le calendrier lunaire et d’autre méthodes strictement naturelles comme arroser avec des infusions à base de plantes pour assurer à leurs vignes un rendement de qualité. Si plusieurs vigeron·ne·s se montrent sceptiques vis-à-vis de ces méthodes supposées favoriser l’échange d’énergies entre la terre et les astres, ils et elles sont tout aussi nombreux·euses à constater combien les résultats sont probants, les plus grands vins du monde étant aujourd’hui produits de cette façon.
 
Vin nature ou naturel
 
Et alors qu’en est-il des vins nature ? La production de vin nature, c’est le summum de la philosophie non-interventionniste. En gros, les vigneron·ne·s se forcent à laisser les vignes pousser et les raisins fermenter ! Contrairement aux vins biodynamiques, ici pas de sucre, pas de filtration, aucun intrant ni technique pouvant modifier le processus naturel transformant le raisin en alcool, à l’exception du souffre, et ce en très petite quantité. Pour le reste, ils et elles font confiance à la nature.
 
Et voilà ! Ce n’est pas plus compliqué que ça ! Sauf pour les vigneron·one·s, parce que, pour eux et elles, on parie que ce n’est pas tous les jours facile ! À leur santé !

Marilyne Busque-Dubois

Diplômée au baccalauréat en littérature, rédactrice, réviseure et traductrice pour une foule d’entreprises variées, Marilyne Busque-Dubois est aussi poète, dramaturge et animatrice d’ateliers de création littéraire dans les régions de Québec et de Charlevoix. Avant de se lancer à temps plein dans l’écriture, l’auteure a travaillé plus de huit ans dans différents établissements en tant que serveuse et se fait aujourd’hui un plaisir de retourner fouiller dans cet univers pour le blogue d’Hotelleriejobs.com.