· Restauration

Incursion dans l’imaginaire de Madame Chose, une femme excentrique... et invisible

Ouvert depuis vendredi à l’intérieur des Galeries gourmandes du centre commercial les Galeries de la Capitale, ce bistro singulier plonge la clientèle dans la demeure un peu surréaliste d’une femme distinguée et excentrique.
 
À l'image du nouveau consommateur avide d'expérience, Madame Chose revêt ses plus beaux atours afin d'en mettre plein la vue à ses invités.
L’image de la flamboyante Iris Apfel me vient rapidement en tête. Cette designer de métier est devenue, à l’âge vénérable de 90 ans, une icône - accidentelle, soulignons-le - de la mode new-yorkaise.
 
« Tu peux avoir de l’âge, être branchée et attirer les jeunes. On parle aux millénariaux de cœur, aux gens qui aiment les choses nouvelles, différentes et qui cherchent à vivre une expérience dans l’assiette comme dans le décor. » - Pierre Moreau, PDG du Groupe Restos Plaisirs

Omniprésente Madame Chose
 
Cette femme du monde habite hypothétiquement au-dessus de l’espace Jardin situé à gauche de l’entrée, le lieu idéal pour un souper en tête à tête. On ne la voit jamais, mais on l'entend.
 
Le Jardin, c'est la cour intérieure et luxuriante de la demeure de Madame Chose et l’endroit le plus calme de ce vaste local de 2500 mètres carrés.
Omniprésente dans le restaurant, Madame Chose vit en images sonores grâce à un son “ambiophonique” qui la met en scène de toutes sortes de façons.
Les clients sont enveloppés par des clins d’œil auditifs tantôt surprenants, tantôt loufoques, réalisés par le scénographe et concepteur de l'imaginaire, Olivier Dufour.
 
Il humanise avec brio un espace autrefois consacré à la vente au détail de la mode masculine chez Simons.
 
On remarque surtout les couleurs vives et les textures harmonieuses des objets qui s’agencent aux jeux d’éclairages qui évoluent en fonction de l’heure du jour.
 
Lire la suite sur ICI Radio-Canada