· Divers

Covid-19 et tourisme: regard sur l'emploi

L’emploi en tourisme

Le retour des mesures de confinement au début d’octobre dernier a inévitablement eu un impact négatif sur les emplois en tourisme affichant une perte de 58 500 et une diminution de 15 % comparativement à septembre. Comparativement au même mois de l’année précédente, les emplois en tourisme ont chuté de 29%.



Les services d’hébergement et de restauration très touchés : Pour les services d’hébergement et de restauration pour qui des mesures telles que la fermeture des frontières, la fermeture des salles à manger et les restrictions aux déplacements interrégionaux, les conséquences ont été plus qu’alarmantes. Ce secteur à lui seul a essuyé une perte de 46 700 emplois à travers la province, soit 80 % des pertes d’emploi de l’industrie touristique. Comparés au mois d’octobre 2019, les emplois ont diminué de 31 %.

Taux de chômage en tourisme

Le taux de chômage en tourisme est presque trois fois plus élevé que le taux de chômage pour le Québec. Le taux de chômage pour le Québec en octobre est resté à peu près stable à 6,9 %. Le taux de chômage en tourisme est passé de 13,8 % à 20,4 %, une augmentation de 48 % entre septembre et octobre. On note aussi que ce taux de 20,4 % est à peine plus élevé que celui de 20,1 % enregistré en mars alors que les mesures de confinement commençaient tout juste à être appliquées.



Compte tenu des importantes fluctuations mensuelles de l’emploi en tourisme, le CQRHT utilise les données non désaisonnalisées. Pour cette raison, les informations peuvent varier de celles présentées par d’autres sources qui pourraient être basées sur les données désaisonnalisées. 

Il est à noter que les données de l’EPA peuvent sous-estimer grandement l’état réel de la situation.

Dans l’Enquête sur la population active, un chômeur est défini comme une personne qui, au cours de la période de référence : 1) avait été mise à pied temporairement, mais s’attendait à être appelée au travail et était disponible pour travailler; 2) était sans emploi, avait activement cherché un emploi au cours des quatre dernières semaines et était disponible pour travailler; ou 3) devait commencer un nouvel emploi dans les quatre semaines suivant la période de référence et était disponible pour travailler. On peut comprendre que dans le contexte de la COVID-19 et du confinement, un grand nombre de travailleurs n’étaient pas en recherche active d’emploi. 

De plus, l’adoption de mesures de soutien par le gouvernement fédéral (telle que Prestation canadienne de la relance économique) peut avoir eu une incidence sur les résultats.


Source :  Données de l’Enquête sur la population active (EPA) extraites pour le CQRHT par HR Tourisme Canada. Les extractions sont réalisées en fonction des codes SCIAN d’industrie tel que défini par le Compte satellite du tourisme (Statistique Canada). Les codes d’industrie inclus dans le tourisme sont ceux qui cesseraient d’exister ou qui observeraient une baisse significative de leurs activités en conséquence directe de l’absence de touristes. 


RESTOJOBS BLOGUEUR