· Divers

« J’ai fait une erreur au travail » Comment gérer ?

Image issue de l'article original
Image issue de l'article original
Se tromper dans une analyse, mal réagir auprès d’un client, oublier un rendez-vous, zapper une mission… Commettre une erreur susceptible d’entraîner de fâcheuses conséquences pour l’entreprise (perte d’argent, plainte voire résiliation d’un client…), ça peut arriver à tout le monde. Alors quels sont les comportements à adopter et à éviter pour protéger l’entreprise de sa bourde mais aussi pour “sauver” sa propre place ? Voici 6 conseils pour bien rebondir après une erreur, illustrés par les témoignages de salariés et d’un chef d’entreprise.
 
1. En parler tout de suite à son responsable
 
« Quelle que soit l’erreur, la première chose que je demande à mes collaborateurs, c’est de me tenir informé immédiatement, explique Bertrand, directeur d’une agence de communication de 10 salariés. *J’ai besoin de comprendre le contexte pour envisager la solution la plus adaptée : celle qui va protéger l’entreprise. Il n’y a rien de pire qu’une erreur que vous apprenez de la bouche de quelqu’un d’autre, surtout si c’est d’un client et que vous n’avez aucun élément pour défendre le salarié*. »
 
Avouer avoir commis une bourde demande certes un peu d’humilité. Mais ne rien dire peut vous mener à des situations beaucoup plus complexes, que vous devrez de toute façon assumer tôt ou tard.
 
« Il n’y a rien de pire qu’une erreur que vous apprenez de la bouche d’un client lorsque vous n’avez aucun élément pour défendre le salarié. » - Bertrand, directeur d’agence
 
2. Assumer sa part de responsabilité
 
Après avoir commis une erreur, un des réflexes peut être d’amoindrir sa responsabilité, voire pire, de reporter la faute sur quelqu’un d’autre. C’est l’exemple de Christine, conseillère en séjours dans une agence de voyages : « Je devais organiser le déplacement et la visite d’un parc d’attractions pour un groupe de 100 élèves. Malheureusement, j’ai oublié de régler l’acompte et le parc a annulé la réservation. Quand je m’en suis rendue compte, c’était trop tard ; il n’y avait plus de places. »
 
Au lieu de reconnaître son erreur, Christine a menti et attribué l’erreur au parc d’attractions, que sa cliente s’est empressée d’appeler pour exprimer son mécontentement. Évidemment, la découverte du mensonge a valu à Christine de passer un mauvais quart d’heure, à la fois avec le parc qui n’a pas apprécié d’être ainsi porté pour responsable et avec sa cliente dont elle a complètement perdu la confiance. Alors après avoir fait une bêtise, mieux vaut être honnête et assumer ses responsabilités !
 
Lire la suite sur Welcome to the Jungle