· Restauration

Les mots de nos cuisines

15 avril 2019 - Par Pierre-Alain Belpaire
 
Après avoir enseigné durant 37 ans, nombre de professeurs rêvent de profiter d’une retraite et d’un repos bien mérités. Mais au terme de sa carrière à l’ITHQ, Diana Bruno a, quant à elle, décidé de poursuivre ses efforts, ses recherches et ses travaux pour achever un pharaonique chantier : la réalisation de son Lexique français-anglais de la cuisine et de la restauration.
 
« J’ai choisi de me lancer dans cette grande aventure pour une raison toute simple : cet ouvrage, qui me semblait indispensable, n’existait tout simplement pas », se souvient celle qui enseigna l’anglais à plusieurs générations d’étudiants de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec. Dès 2010, Diana Bruno entame donc la préparation de ce lexique, consulte plus de 500 livres, se plonge dans des sources canadiennes, françaises ou américaines. Et constate au passage que nombre d’outils, notamment en ligne, contiennent des erreurs ou de graves oublis. « J’ai vite compris que je me lançais dans quelque chose de très complexe », avoue-t-elle.
 
Après avoir travaillé sur ce dossier « à temps partiel » durant deux ans et demi, Diana Bruno profite de son départ à la retraite en 2013 pour se consacrer « à temps plein » à la réalisation de ce lexique. « C’est un peu comme quand vous vous lancez dans des rénovations : vous en rajoutez toujours et le projet ne cesse de grandir », sourit-elle.
 
Image issue de l'article original